Qui sommes nous…

STEP TO DANCE 

Association de danses urbaines

23 Rue Marie Thérèse de Clinchamps
Buc, 78530
France

contact@steptodance.fr

 

Des cours de danse Hip Hop ouverts pour tous niveaux, à partir de 7 ans.

Du loisir à la voie professionnelle Step to Dance offre divers enseignements adaptés pour permettre à ses adhérents de s’épanouir dans ce mouvement .

Respect et performance résume les valeurs de l’enseignement.

 

 

LES ORIGINES DES DANSES URBAINES 

Qu’est ce que le Hip Hop ?

 

 

Les débuts de la culture Hip Hop 

 

On entend par le HIP HOP une grande toile de la culture urbaine. Ces influences dites HIP HOP ont débutées dans les années 70 aux USA avec des codes popularisés par le mouvement Zulu Nation , animé par le leader pacifiste chanteur et musicien Afrika Bambataa .

 

Ce mouvement a pour but de réduire la violence urbaine dans des quartiers du Bronx, en incitant les jeunes à se défier dans la musique et la danse plutôt que dans les combats de rues. Animés par des rassemblements artistiques regroupant le danse (Break), le chant (Rap), la peinture (Graff et Tag) et musique (DJ et musiciens), le Hip Hop devient alors un phénomène social de plus en plus reconnu dans le monde. A la fois contestataire et festif, porteur de valeurs comme le respect, la tolérance et l’énergie positive, le Hip Hop devient rapidement un langage pour les jeunes marginalisés dans les banlieues de grandes villes.

Ce mouvement a dépassé les frontières des banlieues en devenant un vrai fléau artistique reconnu.

Patrick Duteil, Dit Sidney, animateur radio et de télévision fut la première personnalité en France a diffusé la Culture Hip Hop. En 1984, il conçoit et présente l’émission H.I.P.H.O.P. qui la rend populaire. De nombreux cours de danse prennent naissance ainsi que des compagnies (Kafig, B3, Mohamed Belarbi, Najib, Guerfi ….)

 

Zoom sur la Danse 

La danse Hip Hop trouve ses racines dans la rue, on observe deux façons de pratiquer :

  • La Top Dance qui s’exécute avec des mouvements debout selon diverses techniques (Popping, Boogaloo, Locking, Hype …)

  • La Break Dance qui se pratique au sol (enchaÎnement de jeux de jambes, de clés, de figures acrobatiques …)

 

La danse debout 

Une multitude de styles existe en danse debout. Cela est le fruit d’une musique hip hop qui évolue sans cesse avec son temps, par conséquent elle amène les danseurs à évoluer continuellement et c’est ce qui fait la richesse de cette culture.

 

Les trois mouvements considérés aujourd’hui comme « Old School » car leur émergence précède les années 80/90 

  • Le Locking : style initié par Don Campbell (le fondateur des Lockers) à la fin des années 1960 sur la côte Ouest des Etats-Unis. Le locking décline de nombreuses techniques qui reposent sur un travail avec les articulations des bras, des jambes et des poignets.

  • Le Popping : initié par Boogaloo Sam (le fondateur des Electric Boogaloo) sur la côte Ouest américaine à la fin des années 1970, le popping fut popularisé par une émission de télévision américaine « Soul Train ». Il consiste en des micro-contractions des muscles qui sont combinés à des déplacements plus ou moins rapides.

  • La Hype : Née à la fin des années 80, début des années 90, la danse Hype développe un aspect plus chorégraphié et dégage une impression de force par la synchronisation des danseurs. Parfois dite danse de « clip », elle s’inspire de divers influences comme la danse africaine, jazz…

 

De nouvelles influences de la danse Hip Hop apparaissent dans les années 90 

  • La House Dance : Elle est née dans les clubs de la côte est des Etats-Unis et s’inspire du locking, du popping, ou du break jusqu’à la salsa et les danses africaines

  • Le Krump : un peu inclassable, c’est un style qui est apparu des les années 90 dans la région de Los Angeles. Danse qui caricature l’agressivité pour la retourner. Elle est exécutée par des mouvements rapides et frénétiques. Elle a connu une forte médiatisation grâce au film « Rize » de David La Chapelle. Certains l’excluent du mouvement hip-hop, mais il s’est cependant créé sur le même fondement que le mouvement Hip-Hop : une réaction pacifiste face aux violences des gangs.

  • La Newstyle plus tardive annonce l’ère des mélanges et des non-règles. Il s’agit d’un style hétéroclite où chacun s’inspire et s’exprime à sa façon. Le terme « New » ne signifie pas Nouveau mais vient de « New-York », berceau de ce mouvement.

 

La danse au sol 

Le Breakdancing, breaking, bboying est apparu dans les années 70 dans le Sud du Bronx des Etats unis. A la suite des films comme Beat street, Breakin, Flash Dance ou encore Wild style cette danse représente la version la plus médiatisée de la danse Hip Hop.

Cette danse se pratique en solo ou en groupe et essentiellement au centre d’un cercle de danseurs ou amateurs.

Le danseur au sein du cercle exécute des mouvements de jambe débout en corrélation avec la musique que l’on appelle « Toprock » ou également « pas de préparation » pour se préparer et se faire l’espace dont il aura besoin ensuite pour aller au sol.

Après les « Top rocks » le danseur descend au sol et exécuter ensuite des enchainements de figures que l’on appelle « Footwork » ou « passpass » c’est-à-dire que quand il a ses mains sol ses jambes exécutent de multiples pas autour de celles-ci en respectant des directions, des niveaux, des concepts bien précis.

Le danseur effectue aussi des « gelées », « contractées », debout ou de manières acrobatiques.

Ce sont les « Freezes ». Ce sont des poses statiques à prendre et à effectuer sur les sonorités et autres accents de la musique. Comme pour prendre une photo.

Plus tard on voit apparaitre les « Powermoves » ou « Phases » qui sont des mouvements circulaires qui mettent en avant la vitesse d’exécution, le force physique, soit sa créativité d’enchainer plusieurs figures souvent inspirées de la Gymnastique.

 

Notion de battle 

En règle générale les danseurs appartiennent à un collectif dit « Crew » avec un nom choisit par eux-mêmes et approprié à leur image et leurs convictions.

Ce mouvement Hip Hop étant en partie développé dans ses débuts dans les quartiers difficiles du Bronx, cette danse va en conserver un esprit de « gangs ».

Ainsi les Crews se défient souvent les uns aux autres : il s’agit de Batlle. Les deux crews se font alors face avec des passages alternés chacun leur tour. Le vainqueur est en général choisit par le public ou à l’applaudimètre ce qui engendre des discussions interminables en raison de la partialité de cette méthode. A présent lors des grands battles et compétitions de break se sont alors les pionniers de cette danse qui constituent un jury et qui choisissent le gagnant afin d’éviter tous désaccords.

 

Ce qu’il faut retenir 

Les premiers breakers, poppers , lockers etc dansaient sur la Funk et non sur du Rap !

La première forme de danse Hip Hop est le Toprock, ce qui les a amenés ensuite à aller au sol.

James Brown a toujours été, reste et restera l’icône, le grand-père de la Funk et de la Soul music, et donc parallèlement la plus grande inspiration aux yeux des danseurs Hip Hop. L’écoute de sa musique reste quasi inévitable pour la pratique et la compréhension de cette danse.

Le développement d’un style hip-hop émerge de la volonté du danseur qui l’initie. Un danseur se découvre plusieurs inspirations, provenant d’autres danses et de son propre vécu, qu’il concentre dans une danse unique en son genre. Il décide de la diffuser, lors de battles pour qu’elle soit remarquée, reprise, transmise, bref, il s’agit de lui donner une légitimité dans le milieu Hip-Hop.

La danse Hip Hop est une danse de caractère qui regroupe styles, valeurs, codes, et respect.